Ce soir Mémé Nabintou va au bar pour fêter la nomination de son fils.
20H,elle rentre du salon de coiffure avec une belle coupe sur la tête. Elle demande à la servante de ranger tout ce qu’elle faisait. Le show de la maison est reporté.
M le ministre est dans la chambre. La vieille frappe à sa porte. Il sort.

Check :-Oui maman 
Nabintou -Pour sortir là, je peux porter quoi ?
Check :-Hmmmm je sais pas hein maman ! Toi tu veux porter quoi ? Tu sais que Bakary va inviter des responsables du Parti. Donc faut voir, je sais pas. 
Nabintou :- Hééé affaire de soirée ! Bon d’accord je vais me mettre en maxi-pagne. C’est bon non ?
Check :- Maxi-pagne ? Mets plutôt une robe maman, pour que tu te sente à l’aise. Tu as des robes de sortie non ?
Nabintou :- Oui kêh ! C’est vrai que ya longtemps je n’en porte pas. D’accord je vais voir. 
Check :- Vas-y maman je te fais confiance. 

Mémé Nabintou est une grande dame de Babi. Elle est moderne, elle n’a pas fait beaucoup d’enfants. Elle est bien conservée. Grande de taille, Noire-ébène ,dents blanches, gencives sombres. Avec un gbonhi au balcon. Elle a de beaux restes la vieille.
Elle a trouvé une robe au fond du placard. Une jolie robe lin beige. Bien chic.
Quand Mémé Nabintou sort de sa chambre, elle est splendide, elle est zoh. C’est une vraie femme Mandingue comme on n’en trouve plus. Elle appelle son fils pour qu’il apprécie.

Nabintou :-Comment tu me trouves ? C’est bon comme ça ?
Check :-Oui maman tu es bien habillée. Ta robe te vas bien. C’est joli.
Nabintou :-Merci. J’ai cru que tu n’allais pas aimer oh ! 
Check :- Je suis pas ton mari hein !
Nabintou :(Elle rit)-Tu es tout pour moi oh mon fils ! Tu es mon mari, mon fils, mon camarade, mon tout !
Check :-Ok on va partir. 

 

Dès sa nomination, on a affecté un garde du corps à Check. Il vient d’arriver. Il attend à la terrasse.
21H, les Djoukely, mère et fils sortent de la maison. Ils vont avec la voiture du Trésor. Check n’a pas encore pris la voiture de commandement. Ils sont avec le garde du corps, Idriss. Check appelle Bakus.

Bakus :-Je suis au serré M le ministre. ! Je suis sur la corniche, en route pour le Golf. Vous êtes où ?
Check :- On sort du quartier maintenant. Dis moi, on sera avec qui ?
Bakus :-Comment ça ?
Check :- Quels sont les invités ?
Bakus :-Ah oui d’accord ! Il y a le Dir-cab du PR, le SG du Parti, le Maire d’Adjamé, la Présidente des femmes du Parti et mon pote le DG du Port. 
Check :-Ok mais et Aïcha ? 
Bakus :- Tu vas faire quoi avec Aïcha même ? Elle vient. Elle n’est pas loin du Golf. Elle sera la.
Check :- Je veux savoir c’est tout. Hé je suis ton patron maintenant hein !
Bakus :- Hmmmm je sais M le ministre, tu es mon patron. Tu as raison. A vos ordres ! Toi tu viens avec qui ? Tu as des invités ? 
Check :- Je suis avec ma mère, ton invitée spéciale là et puis Idriss le garde du corps. J’ai appelé mon collègue qui doit normalement venir avec sa femme. 
Bakus :- À toute à l’heure ! Je suis là dans 10mn. 
Check :- Ça marche. On arrive. 

21H30, presque tout le monde est là. Tony le manager du Flamboyant bar lounge a fait préparer un salon VIP pour ses clients de qualité. La soirée va commencer. Il n’y a pas grand-monde dans le bar. C’est soft. Le service est personnalisé.
Champagne, Bourbon, Porto et jus de fruits sont servis. Poulet pané, entrecôte de veau, sauté de grenouille au menu. Ils sont au Flamboyant quand-même ! C’est doux, c’est glacé, c’est frais, c’est joli.
Ils se connaissent pratiquement tous au niveau du Parti, la RWW.
Mémé fait partie de celles qu’on appelle là-bas, les Amazones. Les femmes vaillantes et compétentes. Elle est très respectée. Voici que son fils est le nouveau ministre du bédou du pays, tuer pour tuer maintenant au Parti.
Ça bavarde, ça rigole, ça chuchotte… On bouge la tête au son du dernier Mawa Traoré que le DJ a ordonné aux platines. L’ambiance est bonne, c’est good, c’est Mandingue.

Aïcha la Fleur vient de faire son entrée avec 2 filles, jolies comme des émeraudes. Elles saluent tout le monde. Check est enjaillé. C’est maintenant que la soirée commence pour lui. Aïcha est là. Il a un plan. Son collègue n’est pas venu. Pendant ce temps, Bakus le Pissant Môgôh est debout, il gère la table. C’est lui le boss. Le petit frère du PM. Check s’occupe d’Aicha et ses copines.
Le DJ fait monter le mercure avec du Salif Keita. Le Dir-cab du PR invite une des amies de la go Aïcha à danser. Mémé Nabintou bavarde avec la Présidente des femmes du Parti,elles sont debout. Check se rapproche de plus en plus de la secrétaire particulière du PM. Il la veut. Il drague, il manage la go. C’est quand même lui le nouveau ministre du budget là ! Il est jeune, il est chic, il est cool, il va devenir riche à partir de demain, puisque désormais c’est lui qui fait les chèques de l’Etat. Il s’appelle Check. Aïcha l’écoute, elle est fan, il est fan.

La piste de danse du Flamboyant est occupée par les hauts cadres du parti, la République Wouya Wouya. Les copines d’Aicha dansent avec le SG du Parti et le maire d’Adjamé. Le Dir-cab avec la Présidente des femmes, Bakus lui il est contre
son invitée spéciale Mémé Nabintou, tandis que Check est en bombi sur Aïcha. Il n’a pas temps. Le DG du Port danse avec une des serveuses.
Le DJ enchaîne avec de la Mandingo-Salsa, le nouveau genre musical qui fait mal au pays. C’est chaud sur la piste. Bakus balance la vieille, elle répond. Elle connaît les pas. Elle le suit. Ils sont au contact. La vieille est heureuse. Elle danse seulement. Son fils est ministre du bédou. Elle est enjaillée,. Bakus la balance, il la tire contre lui, il la serre, elle réagit bien, elle connaît la Mandingo-Salsa. Quand Bakus la serre il sent la forte poitrine bien ferme de Mémé Nabintou contre lui. Il tressaillit. La vieille sourit. Il la regarde dans les yeux. Il voit ses dents blanches. Il est mélangé . Il est fan. Mandingo-Salsa, ça chauffe. Toutes les serveuses sont sur la piste. Le DJ tamise la lumière et glisse un slow de Julio Iglesias, Mémé Nabintou aime ca. C’est doux. Les cavaliers se frottent. Ils se touchent. Bakus ne lâche plus sa cavalière. Il la serre. Il sent ses seins. Il est good. Le gaillard ne tient plus. Il bande directement sur la vieille. Elle le sent. Elle ne dit rien. Elle danse seulement en reprenant le refrain de la chanson. Bakus tente des choses à petits pas, dôni-dôni.

Un autre slow suit, Aïcha Koné, “Adouman”, chanson culte des glorieuses années de l’artiste. On sent du désir sur la piste. M le ministre Check Djoukely invite la go Aïcha à danser. Ils sont collés serrés. Ils sont good. Bakus les voit mais il est occupé. Il bande sur la vielle. Mémé Nabintou danse toujours. C’est son jour, elle est heureuse. Elle danse slow. Bakus tente des petits trucs. La respiration de la vieille devient bizarre. Elle ne comprend pas ce qui lui arrive . Il y a bien longtemps qu’elle a connu cette sensation. Bakus la serre seulement. Elle le sent. Il bande. Elle respire mal. Bakus lui demande a l’oreille si elle veut s’asseoir. Elle dit non. Il est content. Il est good. Il danse. C’est un bandit Bakus le Pissant Môgôh. Il caresse pudiquement la vieille dans le cou. Il fait ça avec respect, en “some-time”, gentiment quoi ! Mémé Nabintou n’ose pas le caresser aussi mais elle se laisse jauger. OK c’est bon ils se comprennent. Ça peut prendre.

À suivre…

Envie de lire encore plus d’histoire captivante ? inscrits toi à la newsletter et reçois la suite de l’histoire . Cliques sur le lien, il y a en plus un cadeau pour toi —> JE VEUX SAVOIR LA SUITE DE L’HISTOIRE

A propos de Jacques KONAN

Passionné de bonne humeur et faisant partie des précurseurs du zouglou en Côte d’Ivoire, Jacques Konan écrit des histoires à couper le souffle sur des faits de société vécus par lui même ou son entourage. Drôles, choquantes, mais suscitant des prises de conscience, ses histoires ne laissent jamais indifférent! RDV tous les mercredis sur le blog pour lire les nouvelles de celui qui se définit comme l'écrivain zouglou!

Voir tous ses articles